accourir


accourir

accourir [ akurir ] v. intr. <conjug. : 11>
• fin XIe; lat. accurrere courir
Venir en courant, en se pressant. « Je suis vite accouru » (La Fontaine); j'ai vite accouru. « Accourir vers un ami » (Martin du Gard). Nous avons accouru pour l'aider. Il est accouru nous voir. ⊗ CONTR. Arrêter (s'), traîner; fuir.

accourir verbe intransitif (latin accurrere) Venir, arriver en hâte (quelque part) : Elle est accourue pour le voir.accourir (difficultés) verbe intransitif (latin accurrere) Orthographe Deux c, un seul r. Conjugaison Comme courir. Accourir se conjugue avec l'auxiliaire avoir ou l'auxiliaire être, mais les deux constructions expriment des nuances différentes : avec avoir, on insiste sur l'action ; avec être, on insiste sur l'état qui résulte de l'action. Ainsi on dira : j'ai accouru dès que je l'ai entendu crier ; je suis accouru pour assister à l'événement. La langue courante utilise plus fréquemment la construction avec avoir. ● accourir (synonymes) verbe intransitif (latin accurrere) Venir, arriver en hâte (quelque part)
Synonymes :
Contraires :
- flâner
- traîner

accourir
v. intr. (Auxil. avoir ou être.) Venir en courant, en hâte. Les brancardiers ont accouru et emporté le blessé. Je suis accouru, et me voilà.

⇒ACCOURIR, verbe intrans.
Venir en courant à toute hâte vers un lieu (exerçant une attirance sur le sujet); survenir rapidement.
A.— [Le suj. du verbe est un animé gén. humain] :
1. Irrités de son insolence, ils se rassemblèrent en plus grand nombre le dimanche suivant, et ils accoururent en foule pour l'arrêter.
MARAT, Pamphlets, Nouvelle dénonciation contre Necker, 1790, p. 176.
2. ... la sarigue attentive
Se dresse, et, d'une voix plaintive,
Jette un cri; les petits aussitôt d'accourir,
Et de s'élancer vers la mère,
En cherchant dans son sein leur retraite ordinaire.
J.-P.-C. DE FLORIAN, Fables, La Mère, l'enfant et les sarigues, 1792, p. 68.
Rem. Il s'agit d'une fable où les animaux figurent des êtres humains.
3. Il s'en vengea en véritable Anglais et en homme à qui les guinées ne coûtaient pas grand'chose. Il annonça une autre fête. On crut que c'était pour prendre sa revanche et que la fête serait superbe. On accourt. Grande affluence.
CHAMFORT, Caractères et anecdotes, 1794, p. 130.
4. Un pauvre enfant du village, en jouant près de la rivière, a été entraîné par le courant. Gustave se promenait dans les environs; il venait d'être malade; il était faible, et savait à peine nager. Il accourt, s'élance, et saisit l'enfant au moment où il reparaissait sur l'eau; mais, manquant de force et ne voulant pas l'abandonner, il appelait du secours...
B.-J. DE KRÜDENER, Valérie, 1803, p. 257.
5. Cependant sur les pas d'Agnès, Herminie est accourue, elle voit l'état de sa maîtresse, et vole à son secours : ...
Mme COTTIN, Mathilde, 1805, p. 280.
6. C'est ainsi que Mondor est devenu gourmand, et que de toutes parts les gourmands ont accouru auprès de lui.
J.-A. BRILLAT-SAVARIN, Physiologie du goût, 1825, p. 155.
7. Je chantais bien haut dans les airs, et je voyais arriver des campagnes hommes, femmes, vieillards et enfants, accourant, accourant vite et se pressant sous mon portail.
G. FLAUBERT, Smarh, 1839, p. 83.
8. Quand on longeait une clôture, les fermiers apparaissaient à la barrière, les gamins grimpaient sur les talus, tout le monde se précipitait au chemin pour voir passer la « noire » que le fils Boitelle avait ramenée. On apercevait au loin des gens qui couraient à travers champs comme on accourt quand bat le tambour des annonces de phénomènes vivants.
G. DE MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 1, Boitelle, 1889, p. 278.
9. DE CIZ. — Ma chère, je vous assure que j'ai absolument besoin de vous.
Il descend l'escalier.
YSÉ. — J'accours! je vole! (elle fait le geste de battre des ailes!) Et vous, ne bougez pas! je reviens, je vous défends de bouger! je reviens dans un moment.
P. CLAUDEL, Le Partage de midi, 1949, I, p. 1070.
Rem. 1. Le cont. explicite souvent des composantes secondaires de l'idée d'accourir : intervention rapide (ex. 4), et surtout aide apportée à qqn (ex. 5, 9). 2. Selon LITTRÉ, l'auxil. des formes composées est avoir ou être :avec avoir le verbe exprime « l'action d'accourir », avec être « l'état d'une personne qui est accourue ». Les ex. 5 et 6 illustrent cette oppos., qui est celle de l'action en cours (ex. 6) et du résultat de l'action (ex. 5). L'usage cour., où domine être, est moins nuancé.
B.— [Le suj. du verbe peut être un inanimé, sous lequel se perçoit de façon plus ou moins claire l'évocation d'un animé] :
10. À six heures dix minutes, le baron signala un lointain roulement. Tous se précipitèrent; et bientôt la grande voiture accourut, avec ses quatre chevaux toujours au galop, crottés jusqu'au dos, fumants et soufflants.
G. DE MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 2, Mademoiselle Fifi, 1881, p. 160.
11. Le roi vint s'accouder, en sa tristesse, sur les ruines de la colonne brisée par la foudre; il contempla longuement Azraël. Au-dessous des deux présences, le vent, accouru en toute hâte des mers et des montagnes, entre-heurtait convulsivement les rameaux fatidiques du jardin des oliviers.
Ph.-A.-M. DE VILLIERS DE L'ISLE-ADAM, Contes cruels, Épilogue, 1883, p. 402.
12. Regardez ces villes italiennes qui de loin se confondent avec les formations géologiques accourant vers la crête où elles s'étaient, crispant leurs racines de pierre qui s'y tassent brunes ou rousses comme elle, arides comme elle, et leurs tours nues qui s'en élancent avec le dur élan, séparé des autres, égoïste, des cyprès montant de toute part.
É. FAURE, L'Esprit des formes, 1927, p. 73.
13. Pour nous, mieux au courant des dimensions et des exigences structurelles du monde, les forces qui, accourant du dehors ou surgissant du dedans, nous pressent de plus en plus les uns contre les autres, perdent toute apparence d'arbitraire et tout danger d'instabilité.
P. TEILHARD DE CHARDIN, Le Phénomène humain, 1955, p. 274.
Prononc. — 1. Forme phon. :[], j'accours []. Enq. ://. Conjug. parler, var. courir. 2. Dér. et composés : accoures. Cf. courir.
Étymol. ET HIST. — Mil. XIe s. intrans. « courir vers » suj. animé (Alexis, st. 102 e ds GDF. Compl. :Toit i acorent li grant e li petit); début XIIIe s. « id. » p. ext., suj. inanimé, (PÉAN GATINEAU, Vie de St Martin, éd. Söderhjelm, 122 ds T.-L. : de sa bonté acort A l'emperiere la novele).
Du lat. accurrere, empl. avec suj. animé dep. Plaute (Cistellaria, 710 ds TLL s.v., 344, 21), avec suj. inanimé dep. Cicéron (De divinatione, 2, 138, ibid., 344, 79 : imagines accurrant); changement ultérieur de conjug. d'apr. courir.
STAT. — Fréq. abs. litt. :2551. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 4 365, b) 4 556; XXe s. : a) 4 218, b) 2 143.
BBG. — DEM. 1802. — HANSE 1949. — THOMAS 1956.

accourir [akuʀiʀ] v. intr. [CONJUG. courir.]
ÉTYM. Mil. XIe; du lat. accurere « courir vers ». → Courir.
Venir en courant, en se pressant. Arriver, surgir, survenir.REM. Aux temps composés, accourir se conjugue avec l'auxiliaire être (→ ci-dessous cit. 5) ou (vieilli) avec avoir : || « J'ai vite accouru. Ses amis ont accouru pour le féliciter de son succès » (Académie).Nous avons accouru l'aider, pour l'aider. || Il est accouru nous voir. || J'accourais vous prier. → Vapeur, cit. 7. || Accourir en foule.
1 Un domestique accourt, l'avertit qu'à la porte
Deux hommes demandaient à le voir promptement.
La Fontaine, Fables, I, 14.
2 Une chauve-souris donna tête baissée
Dans un nid de belette; et sitôt qu'elle y fut,
L'autre, envers les souris de longtemps courroucée,
Pour la dévorer accourut.
La Fontaine, Fables, II, 5.
3 De bonheur pour ce loup, qui ne pouvait crier,
Près de là passe une cigogne.
Il lui fait signe, elle accourt.
La Fontaine, Fables, III, 9.
4 Une montagne en mal d'enfant
Jetait une clameur si haute
Que chacun au bruit accourant
Crut (…)
La Fontaine, Fables, V, 10.
5 Vous m'êtes en dormant un peu triste apparu;
J'ai craint que ce fût vrai, je suis vite accouru.
La Fontaine, Fables, VIII, 11.
6 Et mon chat de crier, et le rat d'accourir.
La Fontaine, Fables, VIII, 22.
7 Viens me voir, disait-il (Céphale), chère déesse accours,
Je n'en puis plus, je meurs (…)
La Fontaine, les Filles de Minée.
8 Faites-moi chercher, et je serai trop heureuse d'accourir.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. I, p. 269.
Fig. (Sujet n. de chose). Arriver rapidement (cet emploi est souvent métaphorique de l'emploi « humain »; → cit. 12, Hugo).
9 Quand leur jeunesse (des roses) s'est montrée,
Leur vieillesse accourt à l'instant.
Baïf, les Roses.
10 La raison, le jugement, viennent lentement, les préjugés accourent en foule.
Rousseau, Émile, III.
11 (…) les flots accourent (…)
Hugo, Post-Scriptum de ma vie, p. 83.
12 La mort accourt avec la rumeur d'une foule.
Hugo, la Légende des siècles, « L'élégie des fléaux ».
13 Par moments la tempête accourt, le ciel pâlit,
L'autan, bouleversant les flots de l'air, emplit
L'espace d'une écume affreuse de nuages.
Hugo, la Légende des siècles, LVIII, II.
CONTR. Flâner, lambiner, tarder, traîner.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • accourir — Accourir, act. acut. Est courir au secours, ou à la veuë de quelque chose, avec plusieurs autres, Accurrere, Celeriter accedere. Accourir legerement, Aduolare. Accourir à quelque chose, Accurrere …   Thresor de la langue françoyse

  • accourir — I. ACCOURIR. Voy COURIR. II. Accourir. v. n. Courir, venir promptement de quelque lieu en un autre, où quelque chose nous attire, ou nous appelle. Accourir en diligence, en grande haste. accourir au besoin. accourir en foule. il est accouru au… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ACCOURIR — v. n. (Il se conjugue comme Courir, excepté qu il reçoit également l un ou l autre des verbes auxiliaires : J ai accouru, Je suis accouru. ) Courir, venir promptement en un lieu où quelque chose nous attire, nous appelle. Accourir en diligence,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • accourir — (a kou rir) v. n. J accours, j accourus, j accourrai, accourant, accouru ; se conjugue comme courir. Courir vers. Il accourt à Paris. On accourait de toutes parts vers le lieu de l incendie. On accourut lui annoncer l heureuse nouvelle. •   J… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ACCOURIR — v. intr. Courir, venir promptement en un lieu où quelque chose nous attire. Accourir en grande hâte. Accourir en foule. Il est accouru au bruit. Je suis accouru pour la fête, etc. Ses amis ont accouru pour le féliciter de son succès. Dès qu’on… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Accourir — III гр., (avoir) P.p.: accouru Прибегать Présent de l indicatif j accours tu accours il accours nous accourons vous accourez ils accourent …   Dictionnaire des verbes irréguliers français

  • accourir — vi. akore (Albanais.001, PPA.), akori (001, Annecy, Thônes, Villards Thônes), C. => Courir. E. : Aider, Secourir …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • deredek — accourir …   Dictionnaire Breton-Français

  • ourir — accourir concourir courir discourir encourir mourir parcourir recourir secourir …   Dictionnaire des rimes

  • rire — accourir acquérir aguerrir ahurir aigrir amaigrir amerrir amoindrir appauvrir assombrir attendrir atterrir barrir chérir circonscrire concourir conquérir courir couvrir discourir découvrir décrire défleurir démaigrir dépérir effleurir enchérir… …   Dictionnaire des rimes


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.